La recette pour éradiquer les punaises

LES PUNAISES La plupart des Hémiptères (pucerons, cochenilles, cicadelles, cigales, etc…) sont des suceurs de sève et ont donc surtout un intérêt agricole ; deux familles seulement, appartenant toutes deux au sous-ordre des Hétéroptères, ont une importance médicale : les Cimicidae et les Reduviidae car elles sont les seules à compter des espèces hématophages.
 

LES CIMICIDAE

 MORPHOLOGIE ET SYSTEMATIQUE Les Cimicidae sont des punaises de petite taille (4 à 6 mm) de couleur brunâtre, aplaties dorso-ventralement et sans ailes, la première paire étant réduite à de simples écailles et la seconde paire ayant totalement disparu. La tête très aplatie dorso-ventralement comme l’ensemble du corps, porte de chaque côté une paire d’yeux composés nettement proéminents et, juste en avant de ces yeux, une paire d’antennes longues et fines. Les pièces buccales sont, formées d’un labium qui abrite des maxilles et des mandibules, l’ensemble de ces pièces se rabattant sous le corps lorsque l’animal ne pique pas. Au niveau du thorax c’est surtout le premier segment (pronotom) qui est développé avec un net élargissement et une échancrure antérieure où se loge la tête ; du deuxième segment seul le scutellum triangulaire est visible ; le troisième segment  est totalement dissimulé dorsalement par les ailes vestigiales. Les pattes sont plus ou moins longues selon les espèces et avec des tarses formés de trois articles terminés par une paire de griffes. L’abdomen est ovale et comprend onze segments dont huit sont bien visibles ; l’appareil génital mâle est asymétrique et constitué d’un spicule tourné vers la gauche ; chez la femelle, sur la face ventrale, en général du côté droit, se trouve un sac dans lequel le mâle dépose le sperme après perforation de la paroi abdominale.
 

CYCLE DE DEVELOPPEMENT ET BIOLOGIE DES DIFFERENTS STADES

 

Oeufs

 Ils mesurent environ 1 mm ; sont de forme ovale et légèrement incurvé au pôle antérieur qui est pourvu d’un opercule. Les oeufs sont en général déposés par paquets de 10 à 50 (au total une femelle pond de 200 à 500 œufs) et collés au substrat dans les endroits abrités comme les fissures et les crevasses du sol ou des murs, dans les anfractuosités de la literie. Leur durée de vie peut varier d’un mois à un an mais l’incubation normale est de neuf à dix jours. 

Larves

 Cinq stades larvaires, séparés l’un de l’autre par une mue, se succèdent ; les mues sont espacées de huit jours environ. Tous les stades ont une morphologie comparable entre eux et à celle des adultes. Leur taille varie de 1,5 mm pour le premier stade à 3,5 mm pour le dernier. Tous les stades larvaires sont, comme les adultes, hématophages et nocturnes ; chaque stade nécessite au moins un repas pour effectuer la mue, la durée de ce repas étant de 3 à 5 mn. En cas d’impossibilité d’alimentation, tous les stades, mais surtout le dernier, sont capables d’une survie d’autant plus longue que la température est moins élevée.
 

Adultes

 Le stade adulte, mâle ou femelle, est atteint en 6 à 9 semaines, en moyenne mais cette durée peut être beaucoup plus longue si les conditions de température ou de présence des hôtes ne sont pas réunies. Le repas dure de 10 à 15 mm. Celles inféodées à l’homme sont dénommées «punaises de lits» ; elles se nourrissent une fois par semaine à la saison chaude, une fois par quinzaine au printemps et à l’automne, mais en cas d’absence d’hôtes elles peuvent survivre plusieurs mois ; habituellement, elles se nourrissent la nuit mais dans les habitations sombres. Comme elles sont dépourvues d’ailes leur dispersion ne se fait que par le transport passif assuré par les hôtes ou leurs effets.

IMPORTANCE MEDICALE DES CIMICIDES Les Cimicidae sont responsables, à la suite de leurs piqûres, de réactions allergiques qui varient selon les individus : le prurit commence 2 à 3 mn après la fin du repas, les réactions sont plus ou moins fortes et peuvent chez certains sujets être à l’origine de réels désordres nerveux ou même digestifs. Les jeunes enfants semblent les plus sensibles et peuvent parfois présenter des signes de grand fatigue.
 

PRINCIPE DE LUTTE CONTRE LES CIMICIDES

 Il n’existe pas de traitement contre les piqûres de Cimicidae, et la prévention contre ces piqûres repose uniquement sur la destruction des insectes. Aux méthodes simples qui consistent à rendre le milieu défavorable aux punaises, soit en surchauffant les locaux ou en les refroidissant, soit en colmatant les fissures ou elles s’abritent, s’ajoutent des moyens qui font appel aux méthodes chimiques avec un traitement dirigé vers la literie et les crevasses du sol et des murs.   

SOURCE 2

 Les Cimidae comprennent les Punaises de lits, suceuses de sang et parasites des oiseaux et des mammifères, ainsi qu’un certain nombre d’autres Hémiptères prédateurs. Les Punaises de lits sont toujours microptères et de couleur brun marron. Elles peuvent atteindre 6 mm. La Punaise de lits, Cimex lectularius, s’alimente principalement aux dépens de l’homme et est très répandue, bien qu’elle soit devenue moins commune depuis l’apparition des insecticides synthétiques. Ces insectes ne restent pas fixés à leur hôte ; mais ils se cachent dans des crevasses ou dans les vêtements pendant le jour, et ressortent la nuit pour se repaître de sang. La piqûre de la Punaise de lits est parfois très désagréable, mais on n’a jamais pu prouver qu’elle transmettait des maladies.   

SOURCE 3

 Cimex lectularius (La Punaise des Lits) Caractéristiques : 3 à 8 mm de long. Parasite de l’Homme autrefois fréquent, aujourd’hui en forte diminution grâce aux progrès de l’Hygiène. Ressemble peu aux autres punaises avec son corps gros et ses ailes très courtes. Habitat : Habitations et étables ; la nuit suce le sans des hommes, mais aussi des chiens, des bovins, des ovins et d’autres animaux domestiques. Distribution : Dans le monde entier. Fréquence : Variable. Espèce très courante lorsque les conditions d’hygiène défectueuses lui permettent de s’installer. Reproduction : Les femelles pondent entre 100 et 200 oeufs ; elles ont alors bu tellement de sang que leur poids a doublé. Pas de cycle annuel, car le développement se poursuit en hiver dans les habitations chauffées. Les femelles peuvent pondre toute l’année et chaque mois on trouve des larves à des stades de développement différent. Se cachent le jour sous les tapis et dans les fentes des murs. La nuit cherchent leurs proies humaines ou animales, en train de dormir.   

SOURCE 4

 5 – 8 mm. A la différence de la plupart des autres Punaises, celle-ci est dépourvue d’ailes. Quand elle n’a pas mangé depuis un certain temps, son corps est aussi plat qu’une feuille de papier et presque marron. Pour autant qu’on le sache, la Punaise des lits est originaire d’Asie, mais de nos jours elle existe sur tous les continents. Autrefois, elle était bien connue dans la région méditerranéenne. Elle a besoin d’un milieu ambiant chaud et sec. Actuellement, elle paraît en régression car on lutte contre elle avec des insecticides efficaces. La Punaise des lits ne cherche un hôte que si elle a faim. Entre deux repas, elle se tient dans une cachette au voisinage du lit, par exemple fentes du plancher, fissures des bois de lit, etc…, ou bien elle se réfugie sous un tapis, une tenture, derrière un tableau ou le papier peint.Affamée, la Punaise sort de sa retraite et cherche un hôte. Elle est incapable de déceler la présence d’un homme à grande distance et le repère seulement quand elle s’en trouve à cinq-dix centimètres car la chaleur corporelle de sa future victime l’attire. Les jeunes ressemblent à des adultes en miniature. Ils subissent cinq mues au cours de leur croissance et, à chaque fois ont besoin de faire un repas de sang. On se débarrassera des Punaises de lits en traitant avec un insecticide toutes les anfractuosités où elles risquent de se réfugier. Certains vertébrés qui vivent à nos côtés sont attaqués par d’autres Punaises qui se tiennent au voisinage du lit (cas des oiseaux) ou dans les endroits où ils dorment (mammifères). Elles ressemblent étroitement à la Punaise des lits et il arrive qu’elles pénètrent dans les maisons. Cependant, il est rare qu’elles s’attaquent à l’homme. La Punaise de lits laisse des indices de sa présence dans les recoins, les fentes des parquets, les boiseries. Ses excréments séchés se présentent sous forme de taches arrondies ayant parfois un petit prolongement latéral. Elles sont très persistantes et leur présence montre que les insectes ont séjourné ou vient encore dans une maison. 

Ce contenu a été publié dans La connerie Talmudique, La recette pour éradiquer les punaises, Les champs de concentration, Les pauvres cons qui ont voté pour Georges Frèche. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*