Le brigandage Talmudique : de la xénophobie française (Rudolf Bkouche)

De la xénophobie française (Rudolf Bkouche)

dimanche 1er avril 2001


Il y a une tra­di­tion fran­çaise de la xéno­pho­bie, la méfiance envers les étrangers, y com­pris lorsqu’ils sont deve­nus Français, comme nous l’apprend l’his­toire de ce siè­cle.

On pou­vait pen­ser que cette xéno­pho­bie rele­vait essen­tiel­le­ment de mou­ve­ments que l’on qua­li­fie bien vite d’extrême-droite comme pour mieux l’exor­ci­cer. Il y eut pour­tout une xéno­pho­bie popu­laire comme le mon­trent par exem­ple les mas­sa­cres de tra­vailleurs ita­liens à Aigues-Mortes en 1893, xéno­pho­bie popu­laire que l’extrême-droite savait repren­dre à son compte. On pou­vait cepen­dant pen­ser que la xéno­pho­bie res­tait confi­née, sur le plan poli­ti­que, dans la par­tie d’extrême-droite de notre pays, du moins celle qui se pro­po­sait de la théo­ri­ser à par­tir des idéo­lo­gies racia­les et racis­tes qui se sont déve­lop­pées à par­tir de la seconde moi­tié du 19e siè­cle. Il y eut aussi une xéno­pho­bie d’Êtat lors­que celui-ci se pro­posa de contrô­ler l’immi­gra­tion dans un pays qui repré­sen­tait pour nom­bre d’immi­grants à la fois la sécu­rité poli­ti­que (le fameux ber­ceau des droits de l’homme) et l’assu­rance d’un tra­vail. Les poli­ti­ques de quota et les mesu­res de contrôle contre ceux qui croyaient trou­ver en France un havre de paix sont ancien­nes. Sans par­ler du dis­cours sur l’« immi­gra­tion zéro » qui allait conduire au déve­lop­pe­ment de ceux que l’on appe­lait alors les clan­des­tins, au sens que la loi leur refu­sait toute pos­si­bi­lité de régu­la­ri­sa­tion les condam­nant à vivre « hors le droit » lorsqu’elle ne les épuisait pas ?

Lorsque la gau­che est arri­vée au pou­voir en 1997 par la grâce de la dis­so­lu­tion, on pou­vait espé­rer que la situa­tion des étrangers en France allait s’amé­lio­rer ; on déchanta vite, ce fut d’abord la « fri­lo­sité » de la cir­cu­laire du 24 juin 1997, ce fut ensuite une nou­velle loi sur l’immi­gra­tion qui chan­geait peu par rap­port aux lois Pasqua-Debré et qui assu­rait la conti­nuité du contrôle des étrangers enFrance. Si l’on a pu (si l’on a voulu) croire à une fri­lo­sité d’une gau­che ne vou­lant pas bous­cu­ler la poli­ti­que xéno­phobe des der­niers gou­ver­ne­ments, il fal­lait se ren­dre à l’évidence ; il n’était plus ques­tion de fri­lo­sité mais d’une poli­ti­que déli­bé­rée.

Après la cir­cu­laire du 24 juin 1997, un peu plus de la moi­tié des deman­deurs seu­le­ment était régu­la­ri­sée, et encore pour beau­coup ce fut moins par les seu­les ver­tus de la règle­men­ta­tion que par les lut­tes de sans-papiers, dont de nom­breu­ses grè­ves de la faim. Les effets de la cir­cu­laire pre­nant fin, la pra­ti­que des expul­sions et l’aug­men­ta­tion des refus de séjour témoi­gnaient d’une appli­ca­tion dure des tex­tes règle­men­tai­res et légis­la­tifs : la cir­cu­laire du 11 octo­bre 1999 dans laquelle le minis­tre de la police de l’époque deman­dait que les refus de ter­ri­toire soient sui­vis d’une expul­sion effec­tive, les contrô­les « au faciès » devant les lieux de ras­sem­ble­ment de sans-papiers (ainsi les lundi et mer­credi devant le local du CSP 59), tout cela confir­mait la volonté d’une poli­ti­que xéno­phobe déli­bé­rée. Le minis­tre de la police de l’époque, sou­tenu par le pre­mier minis­tre, mon­trait sa volonté de met­tre au pas les sans-papiers, les expul­ser ou les ren­voyer à la clan­des­ti­nité, de met­tre au pas aussi ceux et cel­les qui les sou­te­naient dans leur com­bat comme le mon­tre le scan­da­leux arti­cle 21 de la loi dite RESEDA qui assi­mile toute action de sou­tien à l’orga­ni­sa­tion de filiè­res clan­des­ti­nes. Le minis­tre de la police ayant démis­sioné, on aurait pu croire que l’étau allait se des­ser­rer ; point n’en fut, il suf­fit de voir la fin de non-rece­voir opposé par le nou­veau minis­tre de la police à la Coordination natio­nale des sans-papiers et les diver­ses mesu­res répres­si­ves pri­ses ces der­niers temps par une police qui mon­tre le mépris des poli­ti­ques envers les sans-papiers. Sans par­ler de l’empres­se­ment d’une admi­nis­tra­tion papo­nes­que qui, sous réserve de règle­ment, peut s’adon­ner libre­ment à la chasse aux métè­ques ; mais il est vrai que cette chasse aux métè­ques est orga­ni­sée par un gou­ver­ne­ment dit « de gau­che ».

Le lepé­nisme, en tant qu’il repré­sente la tra­di­tion xéno­phobe fran­çaise, atteint aujourd’hui la gau­che elle-même, laquelle se croit obli­gée de sou­te­nir les pires agis­se­ments du gou­ver­ne­ment. La ques­tion est ainsi moins celle d’un gou­ver­ne­ment qui s’appelle " de gau­che " que celle du silence d’une gau­che qui n’ose rien dire devant la xéno­pho­bie offi­cielle. Corporatisme poli­ti­que qui atteint non seu­le­ment ceux qui nous gou­ver­nent mais tous ceux qui accep­tent de met­tre au pla­card leurs idées de gau­che parce qu’un gou­ver­ne­ment qui s’appelle « de gau­che » le leur a demandé. On ne peut mieux sou­li­gner com­bien la poli­ti­que se réduit pour nos « grands chefs » au seul clien­té­lisme électoral. Aux der­niè­res nou­vel­les, le patro­nat s’inquiète de la baisse de l’immi­gra­tion (Le Monde du 28 décem­bre 2000) ; les entre­pri­ses fran­çai­ses ont besoin d’une immi­gra­tion capa­ble d’offrir sa force de tra­vail et c’est aux gou­ver­ne­ment de « régu­ler » cette immi­gra­tion en fonc­tion de la demande. On ne peut mieux dire que dans notre société, la vie des hom­mes dépend moins de leurs droits en tant que per­son­nes que pour leur capa­cité à être de bons roua­ges de la machine économique, quitte à s’en débar­ras­ser lors­que ces roua­ges devien­nent inu­ti­les. C’est aussi cela la xéno­pho­bie d’État. Un homme que les démo­cra­ties occi­den­ta­les consi­dé­raient, à juste titre, comme un tyran par­lait de l’homme comme « le capi­tal le plus pré­cieux », il est vrai que l’homme est un capi­tal pré­cieux tant qu’il peut ser­vir la machine économique, mais il n’est plus rien lorsqu’il ne peut plus ser­vir, alors on le réduit à n’être rien et s’il est un étranger on le jette pur­ment et sim­ple­ment ; les petits papons peu­vent alors s’en don­ner à cœur joie.

Rudolf Bkouche

Ce contenu a été publié dans De la xénophobie française, La controverse Talmudique, La provocation Talmudique, Le brigandage Talmudique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*