Faites comme eux et moi : les nouveaux convertis de l’islam

Les nouveaux convertis de l’islam

Le phénomène toucherait 3 600 personnes par an en France. À côté d’une séduction intellectuelle et spirituelle, c’est dans les banlieues que ces conversions sont les plus fréquentes

 

Le basketteur français, Tariq Abdul Wahad, converti à l’islam en 1997. Ici au salon du Bourget, lors de la 18ème rencontre annuelle des Musulmans de France organisée par l’UOIF, le 28 avril 2001 (Photo Fedouach/AFP).

Jean Gouraud a embrassé l’islam il y a huit ans. Il avait 18 ans. « J’étais de culture catholique, mais j’avais arrêté de pratiquer », raconte ce jeune homme de la région parisienne, âgé aujourd’hui de 26 ans. Arrêt de la pratique catholique, mais poursuite de la quête spirituelle. Ailleurs. Et d’abord avec « beaucoup d’amis musulmans que je fréquentais », explique-t-il.

Une première approche de l’islam, prolongée et nourrie par des lectures et de rencontres avec des musulmans… convertis de la première génération, il y a une vingtaine d’années. Notamment ceux qui ont fondé l’Institut des hautes études islamiques d’Embrun, lié à la Mosquée de Lyon. « C’est avec eux que j’ai pu avancer », explique-t-il. Et embrasser définitivement l’islam, en prononçant la chahada, la profession de foi islamique tirée du Coran : « J’atteste qu’il n’y a pas d’autre divinité que Dieu et que Mohammed est Son Envoyé. » Unique rituel – à faire devant deux témoins – nécessaire pour devenir musulman.

Comme Jean il y a huit ans, prénommé désormais Abd Al Wadoud, ils seraient aujourd’hui une dizaine par jour à se convertir à l’islam en France, « selon les remontées que nous font les responsables associatifs musulmans », signale Didier Leschi, chef du bureau des cultes au ministère de l’intérieur. Soit 3 600 convertis par an environ.

Entre 30 000 et 70 000 convertis à l’islam en France

Combien sont-ils aujourd’hui en estimation cumulée ? Difficile à dire, mais des chiffres circulent. Évaluation basse : 30 000. Haute : 70 000. « Il y a toujours eu des conversions à l’islam, rappelle Didier Leschi. Ce qui change aujourd’hui, c’est le type de mouvements vers lequel les jeunes convertis se dirigent. »

Il y a vingt ans, en effet, la grosse majorité des convertis français issus de la culture judéo-chrétienne passaient par le soufisme, au terme d’une quête spirituelle dans le sillage notamment d’un René Guénon, qui a joué un rôle spirituel très important dans les conversions à l’islam après-guerre.

Aujourd’hui, les convertis découvrent de plus en plus l’islam dans le cadre d’une proximité vécue avec celui des banlieues. Et, contrairement à Jean « Abd Al Wadoud » Gouraud, plutôt dans la lignée des convertis de la première génération, un nombre croissant optent pour un islam radical, notamment via le salafisme, précise Didier Leschi. Échappant aux mosquées et aux grandes organisations islamiques françaises, quelles qu’elles soient.

« Jeunes en rupture familiale, en conflit générationnel avec leurs parents, ils n’ont pas la valeur “familialiste” que les grandes organisations prônent, et n’ont pas la même rigueur dans la pratique », souligne encore le responsable du bureau des cultes.

Conversion de proximité

La conversion de proximité : un phénomène déjà décrit par la sociologue Fatiha Ajbli, membre de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), auteur d’un mémoire de DEA sur la conversion dans le Nord, département où certains jeunes non musulmans côtoient l’islam au quotidien à l’école.

Un phénomène que constate aussi Éric « Younès » Geoffroy, islamologue à l’université Marc-Bloch de Strasbourg. Lui s’est converti en 1984 via le soufisme, après une quête spirituelle « de longue haleine » le faisant passer par le catholicisme – sa religion d’origine –, la pratique zen, le bouddhisme, le christianisme orthodoxe, puis l’islam.

« Jusqu’à il y a une quinzaine d’années, la plupart des conversions étaient comparables à la mienne et passaient par un intérêt spirituel, explique l’universitaire alsacien. Ce qui est nouveau, ce sont les conversions de proximité, dans les cités, où des jeunes Européens, pas toujours “français” d’origine, côtoient des musulmans. Ce sont des conversions plus simples que la mienne. Et là-dedans, il y a des conversions salafistes, ou même djihadistes. Ce dernier phénomène est incontestable, mais marginal. »

Un phénomène qui avait attiré l’attention des RG

Un phénomène perçu notamment lors des récentes tentatives d’attentats en Grande-Bretagne, et qui avait attiré l’attention des Renseignements généraux (RG) français en juin 2005. Un rapport remis alors au ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy par les RG présentait les conclusions d’une étude menée sur 1.610 convertis, repérés par la police comme étant prosélytes, impliqués dans des faits de délinquance – certains passant par la prison – ou ayant des relations avec des radicaux. Dans 37 % des cas étudiés, l’environnement social et les fréquentations étaient à l’origine de l’apprentissage de l’islam.

Loïc Le Pape, doctorant à l’École des hautes études en sciences sociales de Marseille, a étudié certains cas de conversions à l’islam, sur les secteurs de Strasbourg et Marseille.

Il distingue pour sa part quatre types de convertis aujourd’hui : « Un tiers sont des convertis mystiques à l’issue d’une quête spirituelle, un tiers le sont par proximité avec des musulmans, notamment dans les banlieues, et un autre tiers sont des convertis par le mariage avec un conjoint musulman », constate-t-il. Car même si un musulman peut se marier avec une adepte d’une autre religion monothéiste, une musulmane doit épouser un coreligionnaire.

Des conversions plus idéologiques qu’avant

« Certaines de ces conversions existent pour faire plaisir à la belle-famille, ou au conjoint », précise Kamel Kabtane, recteur de la Grande Mosquée de Lyon. Et ne débouchent pas forcément sur une conversion réelle. « Il reste un quatrième type de conversion, radicale, touchant une population jeune qui en d’autres temps se serait engagée dans la bande à Baader », souligne Loïc Le Pape.

Sans forcément être synonymes de radicalité, certaines conversions sont en tout cas « plus idéologiques, contiennent un rejet de la société occidentale, comme avant on pouvait adhérer à un parti politique », souligne Bruno « Abd Al Haqq » Guiderdoni, astrophysicien, converti il y a vingt ans.

« Pour certains, l’islam est devenu un moyen de marquer sa différence », souligne aussi Marc « Aberrachid » Bossa, qui a prononcé la chahada il y a vingt-cinq ans devant le recteur de la Grande Mosquée de Paris d’alors, Si Hamza Boubakeur.

"Des jeunes en recherche de repères"

« Les jeunes gens issus des quartiers qui se convertissent sont en recherche de repères, constate Kamel Kabtane. Ils rencontrent l’islam autour d’eux, et c’est l’islam qui vient répondre à leur questionnement sur la famille, l’autorité, etc. En venant à la mosquée, les jeunes convertis retrouvent un environnement, une démarche communautaire, et ils se sentent entourés. »

Ainsi, là où les convertis français d’il y a vingt ans voyaient leur démarche comme un prolongement et un aboutissement de leur origine judéo-chrétienne, dans une optique spirituelle et apolitique, les jeunes issus des banlieues qui se convertissent aujourd’hui à l’islam accompagnent cette démarche de convictions sociales ou politiques, en rupture avec la société actuelle. « Il y a un vide de formation », souligne Éric Geoffroy.

Les organisations musulmanes françaises ont des difficultés à s’adapter à cette donne, qui n’est pas assimilable au phénomène de « re-conversion » de jeunes de culture musulmane, réel lui aussi.

Des formations spécifiques dans les mosquées

Pour accompagner la démarche des nouveaux convertis, certaines mosquées ont cependant mis en place des formations qui leur sont notamment destinées. La Grande Mosquée de Paris, par exemple, propose des cours d’initiation religieuse et fait passer un test de connaissances aux candidats, avant de délivrer un certificat de conversion. Ce dernier étant demandé surtout dans le cadre d’un mariage en pays musulman, d’un pèlerinage à La Mecque, ou pour un futur enterrement.

De son côté, le conseil des imams de Marseille a créé l’an dernier des sessions qui ont lieu tous les quinze jours, visant à transmettre les bases de l’islam, souligne l’imam Azzedine Aïnouche : « On propose aux convertis ou à ceux qui veulent se convertir de suivre trois à quatre séances de cette formation… » La suivent d’abord ceux qui veulent se marier avec un musulman, ou d’autres « qui sont en contact prolongé avec des musulmans dans les quartiers ».

Quelles que soient leurs raisons, ces convertis sont un « objet d’étonnement » pour Azzedine Aïnouche : « Ils ne connaissent pas grand-chose de leur religion d’origine… »

Pierre SCHMIDT

***

Des sportifs convertis à l’islam

Franck Ribéry. À 23 ans, le footballeur professionnel de l’Olympique de Marseille est membre de l’équipe de France. Il a grandi à Boulogne-sur-Mer, où certains de ses copains étaient musulmans. Issu d’une famille modeste et marié avec Wahiba, d’origine algérienne. Il s’est converti durant son adolescence et prie sur les terrains avant les matchs. « Cette religion, c’est moi qui l’ai choisie. C’est aussi elle qui me donne de la force », a-t-il expliqué au mois de juin dans Paris Match.

Nicolas Anelka. À 27 ans, le footballeur joue actuellement à Fenerbahçe, en Turquie. Il a grandi à Trappes, en région parisienne. Ses parents sont venus de Martinique et travaillaient pour l’éducation nationale. Il se serait converti vers 16 ans, alors qu’il était stagiaire au PSG. Il ne parle pas ou peu de religion dans ses interviews, sauf dans un entretien dans L’Équipe magazine, en avril 2005 : « Je vis ma religion sereinement, sans prosélytisme. »

Philippe Troussier. L’ex-footballeur professionnel de 51 ans a entraîné notamment le Nigeria et l’Olympique de Marseille. Il vit au Maroc depuis une dizaine d’années, et s’est converti au printemps, avec sa femme. Il a expliqué dans L’Équipe magazine du 8 avril 2006 que sa conversion correspondait à un «long cheminement». Par ailleurs, d’après lui, sa conversion va lui permettre de faire des trois petites filles qu’il a adoptées au Maroc ses héritières, tout en les élevant dans leur culture.

Tariq Abdul-Wahad (ex-Olivier Saint-Jean). Le basketteur de 31 ans est le premier Français à avoir joué en NBA, en 1997. Il est né à Maisons-Alfort, en banlieue parisienne, de parents venus de Guyane. Il s’est converti en 1997, aux États-Unis, où il jouait pour l’université de San Jose et où il a rencontré un musulman dont la force de caractère et la générosité l’ont poussé à vouloir en savoir plus. Il affiche sa religion (il y a d’ailleurs toute une rubrique sur l’islam sur son site Internet personnel). Il est marié avec une Française d’origine marocaine, Khadija, qui porte le foulard. Ils ont trois enfants.

Ce contenu a été publié dans Islam d'abord. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*