Le coup de Tarnac contre la justice

C’est de plus en plus incroyable et à la fin on ne va plus lire ni les journaux ni regarder les infos à la TV, tellement on se rend compte que lorsqu’une décision de justice déplaît à un petit groupe, c’est la majorité des professionnels qui rendent la justice qui se retrouve la cible de pseudos mécontents. Un exemple flagrant : ce matin, dans la presse à propos de Julien Coupat, présenté comme présumé  "chef de la cellule" dite "invisible" et suspectée de dégradations sur des lignes TGV, son avocate a aussitôt dénoncé une "instrumentalisation" de la justice après que la cour d’appel de Paris ait décidé, hier, de son maintien en détention. Si Mr Coupat avait été libéré, son avocate aurait dit : "la justice a bien fait son travail ? ". Et c’est au tour du Parquet de prendre une nouvelle "giclée" de la part d’Irène Terrel, l’avocate de Coupat, dénonçant …une fois de plus cette procédure que le parquet aurait "instrumentalisé" en faisant un référé-détention. C’est à mourir de rire. Présenté par l’accusation comme le "leader charismatique et idéologue" d’un groupe clandestin "anarcho-autonome", Coupat a été mis en examen, le 15 novembre 2008,pour direction d’une entreprise terroriste et destructions en réunion. Il est soupçonné d’avoir commis des dégradations de caténaires contre des  lignes à grande vitesse, fin octobre et fin novembre 2008. Et on voit mal pourquoi le parquet général prendrait-il des mesures inconséquentes afin de conserver l’ordre public s’il ne disposait pas d’éléments à charge. Or, dans un rapport remis au procureur de Paris, la sous-direction antiterroriste (SDAT), a expliqué par ailleurs, avoir vu le présumé innocent, lors d’une surveillance le 7 novembre 2008, avec sa compagne Yldune Lévy, près des voies ferrées visées par un acte de sabotage, ce qu’a formellement contesté l’intéressé, indiquait son avocate qui ose dénoncer le recours à "une procédure terroriste dans un simple dossier de dégradations où rien n’est établi". Et la curée de commencer à se déverser sur la justice ou encore, le ministère de l’intérieur. Et c’est le parti socialiste, par la voix de Martine Aubry qui prend non pas le TGV mais le micro pour nous dire qu’elle est "inquiète" la pauvre ! "Martine s’en va à l’école", s’est en effet dite" inquiéte" des "atteintes aux libertés publiques" en fustigeant (rien de moins) "les atteintes à la présomption d’innocence et au secret de l’instruction", notamment pour les mis en examen de Tarnac. Dans ce tintamarre médiatique, c’est au tour du père de Julien Coupat, Gérard Coupat de dénoncer à qui mieux, mieux une volonté de "casser, d’humilier" son fils estimant également qu’on a "affaire depuis le début à une volonté du pouvoir et du ministère de l’Intérieur visant à instrumentaliser la justice à des fins politiques". Pas moins ! Le parti socialiste y est allé de son petit couplet, en nous disant que le maintien en détention de Coupat était "difficile à comprendre" allant jusqu’à comparer cette affaire avec l’affaire d’Outreau car les "leçons d’Outreau" n’auraient pas été retenues. Si, à chaque fois qu’une personne était maintenue en détention, on lançait à la figure de la justice les "leçons d’Outreau", il y a belle lurette que tout le monde serait libéré dans la nature et que les caténaires continueraient a être "pétés" et que les trains ne circuleraient même plus, et ce, au plus grand désespoir de la masse des voyageurs du peuple de gauche et des écolos qui préfèrent le train à la voiture. Dans cette affaire, la bataille est devenue politico-médiatique et les pro-Coupat entendent bien faire "monter" la pression contre on s’en doute, la justice et le gouvernement. La République ne doit pas céder à ses "pressions" en provenance des sirènes  de ses pseudos pompiers-anarchisants. La République ne cèdera certainement pas à cet odieux chantage. Vichy, le 27/12/2008 Marc-Claude de Portebane

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*