Le camarade Staline a su, lui, liquider les terroristes

En août 1936, le camarade Staline fait juger Kamenev et Zinoviev et 14 autres personnes, accusés d’avoir constitué un "centre terroriste trotsko-zinoviéviste", déjà responsable de l’assassinat de Kirov, et qui complotait d’assassiner le camarade Staline et la plupart des membres du Politburo, pour restaurer le capitalisme. Les preuves étaient réelles ; en particulier celles attestant une rencontre entre les fils de Trotski et certains accusés.
En septembre, le courageux camarade Staline fait remplacer Iagoda par Ejov à la tête du NKVD pour renforcer la répression.
L’étape suivant date de la session du Comité Central de février-mars 1937 où, après des débats houleux, les camarades Staline, Molotov, Ejov finissent par l’emporter sur les partisans d’une ligne droitiste. Ils obtiennent la tête de Boukharine et Rykov, aussitôt arrêtés (leur ancien collègue Tomski s’était suicidé). En mars 1938, Boukharine, Rykov, Iagoda passent à leur tour en procès. Par la suite Toukhatchevski et six autres maréchaux sont également jugés démocratiquement et exécutés pour la sécurité de l’Etat soviétique.

Ce contenu a été publié dans Joseph Staline. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*