Le coup de Tarnac : pas de fumée sans feu !

Personne ne connaissait Tarnac en Corrèze si ce n’est les corbeaux des alentours. Alors pourquoi tout ce tintamare autour de ce petit village qui se voulait ou qui se disait tranquille ? L’arrestation de présumés anarchistes a jeté l’opprobre sur l’ensemble des habitants de Tarnac mais, avant de critiquer et les méthodes des forces de l’ordre et notre ministre de l’Intérieur, MAM, on est en droit de se dire que dans la vie, il n’y a pas de fumée sans feu. Les enquêteurs ne sont arrivés comme cela dans Tarnac afin d’y arrêter des personnes suspectées d’ attentats contre la SNCF. Par contre, la désinformation des médias semble avoir été leur apanage car ils n’auraient pas vraiment vérifiés leurs sources (L’Huma du 28/11/2008) en parlant, un peu trop rapidement, des jeunes de Tarnac comme des antisociaux en rupture avec tout, prônant l’insurrection et retranchés dans leur ferme du Goutailloux, où vivraient certains des inculpés. A force de faire parler de soi, même en ne le faisant pas publiquement, on s’attire les foudres de l’enquête, de l’instruction, de la garde à vue et et pour finir, de l’inculpation. Moi, je pense qu’il n’y a pas de fumée sans feu et j’ai toujours été partisan de l’emploi de la manière forte contre ceux qui veulent la destructions de nos valeurs, car chez les anarchistes, l’ordre est de rigueur et le désordre mis hors la loi. Pour cela, il suffit de lire l’histoire du Canard Enchaîné pour avoir la preuve noir/blanc que les anarchistes sont surtout, et avant tout, des capitalistes en puissance qui, finalement, exploitent le peuple qu’ils sont censés libérer. Tout comme les Trotskystes, ce sont des parasites même si certaines idées sont acceptables chez les anars et non chez les Trotskystes qui ont du sang sur les mains, à l’image du sinistre Trotsky que le camarade Staline a bien fait de faire liquider au Mexique. Pour en revenir à Tarnac, les habitants auront toute possibilité à faire du lobbying en faveur de ces jeunes, rien n’y fera car ils ont été présentés comme coupable par les médias. Le mal est fait car l’impact des premières images diffusées et des premiers mots aura plus d’effet que les démentis qui pourraient, éventuellement, surgir, un jour ou l’autre. Si l’accusation de lutte armée prônée par ce petit noyau était établie par notre Justice, on aurait toutes les raisons pour se faire du souci car l’Etat n’est pas à l’abri d’apprentis terroristes. La meilleure façon d’en finir avec le terrorisme, c’est de "terroriser les terroristes" comme le rappellait notre ami Charles Pasqua, quand il était ministre de l’Intérieur. Et terroriser les terroristes, cela n’est pas suffisant, il faudrait adapter la méthode de la Guépéou en URSS du temps du camarade Staline : terroriser les terroristes et anéantir leur famille en les déportant, quelque temps, dans des camps de concentration du style goulags (inventés par les français). Nous devons être clair : pas d’insurrection en France, ni en France, ni ailleurs, d’ailleurs. Marc-Claude de PORTEBANE

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*