Il n’y a pas de chambre à gaz au bout du voyage pour nos amis africains

Même si certains étrangers retournent au pays, il y a rarement de mise à mort même si le péril demeure et existe pour le sans-papier qui sera encore mieux identifié dans son propre pays pour être mieux condamné à un avenir certain.

Ce contenu a été publié dans Robert Faurisson. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*