Le Braque de Weimar adorait sentir l’odeur du « pin-pin » cuit sur la cuisinière à gaz

Quelle odeur, mes amis ! Le Braque de Weimar tournait autour de la table, autour de la cuisinière à gaz car le lapin cuit, c’était bon pour son maître. Lui, finalement, il détestait le lapin dans son subconscient car les os de lapin sont très fin et le maître du logis ne lui en donnait pas. Non, il lui laissait juste un peu de sauce. La nuit, il rêvait aux "pins-pins". Youpi ! Youpi ! Youpi ! Pan ! Pan ! Pan ! Mais, la journée, il ne faisait que ruminer son fiel de ramener un "pin-pin" et ne point le manger à son aise. La réalité faisait surface quand il tournait autour de la cuisinière à gaz car la marmite laissait s’échapper des gaz contenus dans la vapeur de la cocotte. Quand la cuisinière à gaz ne fonctionnait pas, c’était qu’il n’y avait plus de "pin-pin" pensait-il, alors que cela pouvait être, un manque de gaz, tout court. Mais lui, le Braque de Weimar, il ne pensait pas que le gaz ça se recharge et que ça se change. Non, lui, il se disait, il n’y a plus de "pin-pin". Alors, c’est pour cela qu"il mettait les "bouchées doubles" le jour de l’ouverture de la chasse aux lapins. Youpi ! Youpi ! Youpi ! Pan ! Pan ! Pan !

Ce contenu a été publié dans Kémi Séba. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*