La grand-mère du Cambodge en photo dans Le Monde (28/07/08) n’a pas dû travailler longtemps dans les rizières de Pol

Travailler durement dans les rizières, ce fut une chance pour les habitants des villes surtout de Phnom Penh du temp où le camarade Pol était au pouvoir. Car Pol Pot prônait la liberté collective, l’égalité des masses et la fraternité militante. 1963. fut une bonne année car furent semées les graines à partir desquelles, dix ans plus tard, les Cambodgiens récolteraient les fruits. Dans 20 ans, les journalistes du Monde nous trouveront des vieillards de 100 ans à pleines brouettes qui ont bien connu le camarade Pol Pot. Quand j’avais dans les 25 ans, je suis allé interviewer Pol Pot entre la Thaïlande et le Cambodge. Pol m’a semblé détendu et c’était après la chute de son gouvernement miné par les éléments antisociaux et les parasites ouvriers qui avaient semé la discorde dans les rangs du Parti. Certains ouvriers avaient infiltré le Parti et Pol ne s’en était pas aperçu à temps ce qui a causé sa perte car Pol était aux antipodes du communisme voulu par Marx qui considérait que le prolétariat industriel incarnanait le progrès. Pol était avant tout un véritable nationaliste épris de justice. Ce sont certains ouvriers aux ordres de l’ennemi bourgeois qui ont causé la mort à plusieurs milliers de personnes. Si Pol avait su, mas Pol ne pouvait tout savoir car les parasites ouvriers avaient mis la "main" sur le Parti et les éléments anti-patriotiques ont ainsi pu miner son gouvenement. De plus, aux yeux de Pol, le bouddhisme offrait une issue à cette impasse. Pol avait lu-même fait son noviciat bouddhiste. Il est allé à la bonne école et c’est ainsi que la liberté collective, l’égalité des masses et la fraternité militante ont ainsi pu voir le jour car ce furent autant d’éléments dotés d’un parfum distinctement khmer. Le discours de la grand-mère Yan Chhieng est un discours anti-Polpotiste. Elle dit que le pire fut "les travaux forcés jusque tard le soir". Parce que travailler tard le soir est indigne ?

Ce contenu a été publié dans Pol Pot. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*