A mes amis juifs, de la montagne éternelle

– " Abraham donna à ce lieu le nom de Jehova–Jiré. C’est pourquoi l’on dit aujourd’hui : A la montagne de l’Eternel il sera pourvu." (Genèse 22:14)
– " Cantique des degrés. Je lève mes yeux vers les montagnes… D‘où me viendra le secours? " (Psaumes 121:1).
– " Qui pourra monter à la montagne de l’Eternel ? Qui s’élèvera jusqu’à son lieu saint ? " (Psaumes 24:3).
– " Envoie ta lumière et ta fidélité ! Qu’elles me guident, Qu’elles me conduisent à ta montagne sainte et à tes demeures!" (Psaumes 43:3).
– " Cantique. Psaume des fils de Koré. L’Eternel est grand, il est l’objet de toutes les louanges, Dans la ville de notre Dieu, sur sa montagne sainte." (Psaumes 48:1, 2)
C’est d’ailleurs où Jésus se retirait pour prier Dieu, Son Père…
– " Quand il l’eut renvoyée, il monta sur la montagne, pour prier à l’écart ; et, comme le soir était venu, il était là seul." (Matthieu 14:23).
Amen.

Sources :

La Bible…
Publié dans La vérité | Laisser un commentaire

La photo de Marc-Claude de Portebane à la synagogue de Vichy

Viens vite voir Marc-Claude de Portebane sur son album photo lorsqu’il est allé à la synagogue de Vichy sur

http://l-idiot-provincial.e-monsite.com

Publié dans Synagogue de Vichy | Laisser un commentaire

D’après un rapport qu’a publié le « Centre pour les Etudes Internationales et Stratégiques (CSIS) Tsahal pourrait frapper les sites nucléaires iraniens

Dans un rapport qu’a publié le « Centre pour les Etudes Internationales et Stratégiques (CSIS) » de Washington en  mars 2009, Abdullah Toukan et Anthony Cordesman se demandent comment Israël pourrait frapper les sites nucléaires iraniens.  Selon eux Tsahal aurait intérêt à frapper non pas avec son aviation, mais avec ses missiles balistiques Jéricho 3 d’une portée de 2600 à 3500 kilomètres.  Cela aurait l’avantage d’éviter l’utilisation de bombardiers, dans une opération très risquée et aléatoire. En revanche, il serait possible pour Israël de détruire la plus grande partie des trois installations principales iraniennes en utilisant une quarantaine de missiles.  En effet, l’Iran ne possède pas encore les batteries sol-air anti-missiles qui lui permettraient de les intercepter.
Abdullah Toukan s’alarme toutefois des risques de « dégâts collatéraux »
De telles frappes, précise-t-il, surtout si elles incluent le réacteur nucléaire à eau légère de Bushehr, théoriquement civil mais qui peut aussi, si l’Iran le souhaite, permettre d’obtenir du combustible nucléaire militaire, pourraient coûter la vie à des milliers de civils immédiatement et d’autres milliers de morts plus tard, en Iran mais aussi dans les Etats du Golfe limitrophes (Bahrein, Qatar, EAU).
Sans compter, bien sûr, les immenses risques politiques que de telles frappes feraient courir à Israël et à ses amis.  Ces risques l’effraient plus que ceux que l’Iran fait peser sur Israël que le régime dictatorial et fanatique au pouvoir à Téhéran a annoncé vouloir éradiquer.
Un correspondant militaire du quotidien israélien Haaretz, Reuven Pedatzur, après s’être livré à une analyse complète du rapport des deux experts, conforte leurs opinions et leur  "prudence". Il va même plus loin et souligne "l’erreur qu’a commise Israël en agitant la menace iranienne".  Pour Reuven Pedatzur, il est urgent d’attendre.
Il prend néanmoins acte de l’analyse des experts du CSIS concernant la capacité de l’Iran de développer un armement nucléaire.  Il confirme les délais nécessaires pour qu’il soit réalisé et devienne opérationnel, comme sur la capacité d’Israël de réagir.
Mais le problème  est-il bien là?  La problématique d’Israël se réduit-elle à aligner quelques considérations sur les quelques dizaines de kilos d’uranium 235 nécessaires pour fabriquer une bombe, et les quelques milliers de centrifugeuses à mettre en série, pour obtenir de l’uranium enrichi au-delà de 80 % pour un usage militaire en quantité suffisante.  Il faut rappeler qu’un uranium enrichi à 4 % suffit pour les applications civiles et que c’est l’étape la plus difficile, aller au-delà pose peu de problèmes une fois ce seuil dépassé.
Le fait de savoir calculer si l’Iran saura se doter de l’arme nucléaire dès 2009 ou seulement en 2012 change-t-il la donne pour Israël vis-à-vis d’une dictature qui le menace de destruction totale ?  Le temps pour passer de l’explosion expérimentale d’une bombe à un système d’armes opérationnel est relativement court.
Il est vrai, par ailleurs, qu’une destruction totale d’Israël n’est pas acquise.  Une ou deux bombes sur le pays feraient beaucoup de morts immédiats et futurs, juifs et arabes, mais n’anéantirait pas totalement le pays et n’empêcherait pas Tsahal de riposter violemment.  Cela aussi se calcule.  Mais les fanatiques font moins cas de leurs morts que les démocraties.  Ils se servent souvent de leurs propres populations comme bouclier humain.
En fin de compte, il est à peu près sûr que grâce à l’aide de pays proliférant, l’Iran aura tôt ou tard l’arme nucléaire.  Le pays est trop avancés et a acquis une grande partie du savoir-faire pour qu’on puisse sérieusement penser l’en empêcher définitivement s’il en a la volonté, tout au plus peut-on en retarder l’échéance.  
Par contre, le risque de prolifération terroriste de l’arme nucléaire, au niveau d’un groupe de la mouvance d’Al Qaïda, par exemple, et l’usage spectaculaire qu’il pourrait en faire,  par ce qu’il touche aux terreurs plus ou moins fantasmées des populations, ne présente aucun intérêt dans le cadre d’une stratégie d’état.  Le terrorisme influence les décisions de gouvernements lâches et pusilanimes et peut éventuellement influencer les résultats d’une élection, comme cela s’est produit après les attentats de Madrid,  mais il n’a jamais permis de gains majeurs et définitifs.
S’il en est ainsi, quelles options stratégiques reste-t-il à Israël et … à l’Occident.
Cinq voies ont été expérimentées lors des guerres passées avec plus ou moins de succès et des limites connues :
–          La riposte graduée, stratégie développée par les Américains au début de la guerre du Viêt-Nam et par Israël contre l’intifada : généralement sans succès car cela ne fait que renforcer la haine entre les ennemis et accroît « l’engrenage de la violence et des représailles ».  Sa durée et son issue dépendent de la capacité des ennemis à accepter des pertes.  La seule méthode qui donne, temporairement, quelques résultats est, en fait, une riposte « disproportionnée », qui hérisse tant les occidentaux à l’égard d’Israël.  Ce pays a compris que les leaders fanatiques, s’ils font peu de cas des pertes parmi leur population, détestent être visés en personne.  Ils sont aussi sensibles à la perte de leurs terres lorsque celle-ci paraît irréversible.
–          L’équilibre de la terreur et la dissuasion du faible au fort : les stratèges occidentaux considèrent pragmatiquement que cela  a permis de ne pas passer de la guerre froide à l’anéantissement de l’humanité.  Mais tous les partenaires de ce jeu étaient des gens rationnels qui passaient leurs temps à renforcer les outils, la communication entre chefs d’états ce qui amélioraient cette rationalité. Les dictatures fanatiques, elles, ne sont pas rationnelles, même si certains pensent que le fait de posséder l’arme nucléaire peut rendre rationnel, compte tenu des destructions réciproques massives qu’entraînerait une guerre entre deux puissances nucléaires ;  on ne peut toutefois en être sûr.
–          Les « dômes » de protection, la « guerre des étoiles » de Reagan, la Grande Muraille de Chine, la ligne Maginot, Bar Lev, la barrière de sécurité, etc. : ces artifices n’ont jamais démontré une efficacité élevée à long terme, même s’ils rendent plus difficiles les opérations terroristes dans un environnement géopolitique précis.  L’attaquant peut néanmoins toujours saturer les défenses de l’attaqué ou contourner ces « murs ».
–          L’attaque préemptive, qui fait si peur aux occidentaux, surtout quand elle vient d’Israël, pour être efficace doit être entreprise très tôt dans l’évolution de la menace.  Les tergiversations des occidentaux vis-à-vis de l’Iran et de la Corée du Nord, les sanctions molles ou inefficaces, mal ou partiellement appliquées ont renforcé l’irréductibilité des extrémistes.  Dans le cas de l’Iran, l’effet de surprise est devenu inexistant, rendant toute opération coûteuse en vies amies.  D’autre part, l’acquisition d’un savoir-faire, à moins d’éradiquer totalement la population qui le détient, est un fait irréversible.  La destruction de l’arsenal militaire nucléaire iranien, outre le fait qu’Israël ne peut être sûr que des bases plus secrètes ne seraient pas à même de poursuivre les travaux, ne ferait que les raidir dans leurs convictions, même si cela retardait l’actualité de la menace.
–          La négociation, bien sûr toujours souhaitable, n’est possible que si tous les ennemis ont pris conscience  du caractère insupportable de leurs pertes en cas d’échec.  La dictature des mollahs iraniens ne paraît pas sensible à ce risque et pour discuter, il faut être au moins deux et ne pas uniquement considérer la négociation comme un moyen d’abuser l’adversaire et de gagner du temps.
L’énumération des options stratégiques qui s’offrent à Israël ne paraissent pas très encourageantes et, dans tous les cas, comportent de grands et nombreux risques.
Finalement, l’idéal serait de restaurer la démocratie en Iran. Cela ne paraît pas immédiat « sui generis », la dictature des mollahs est trop puissante et les forces populaires ne sont pas prêtes à relever le défi, même si les optimistes croient ça et là déceler de telles velléités dans les classes bourgeoises et chez les étudiants.
Peut-on imaginer un rétablissement de l’état de droit par les Iraniens de l’extérieur,  aidé éventuellement par l’étranger, comme les Etats-Unis et leurs alliés ont tenté de le faire en Irak et en Afghanistan.  La réussite de telles entreprises n’a pas encore été démontrée depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
De plus, seuls les Américains ont les moyens de le tenter mais le Président Obama, dans une Amérique affaiblie par la crise économique et deux guerres en cours à l’étranger, ne paraît pas l’envisager.
Alors que peut faire Israël pour éloigner la menace iranienne ?
Une attaque préemptive serait une solution temporaire, à condition que tous les paramètres soient favorables, et avec l’accord bien compris des Américains et plus ou moins tacite des Européens.
Il se peut que la seule possibilité réelle ne se limite qu’à l’usage de la menace, ouverte et largement diffusée, par Israël, de déclencher des hostilités dont les conséquences seraient dramatiques bien au-delà du Proche et du Moyen-Orient.
Par analogie, les prises d’otage les plus efficaces ne sont-elles pas celles où les victimes ne sont pas des ressortissants des puissances impliquées, mais celles où ils sont membres d’un pays tiers ?  Dans ces cas, le pays qui est indirectement visé est généralement condamné avec autant de force et de véhémence que les preneurs d’otages.
Dans cette optique, il se pourrait qu’Israël, convaincu que l’Iran est sur le point de posséder l’arme nucléaire, décide de pratiquer une expérimentation nucléaire au vu et au su de tout le monde.  Le pays s’en était jusqu’à présent privé, alors que tout le monde lui en reconnait la capacité et émet des hypothèses sur son arsenal nucléaire.  Israël ne veut pas servir de prétexte à la prolifération nucléaire dans la région, mais cette « réserve » est largement obsolète.  Pratiquement, lorsqu’un état veut tenter de dissuader ses ennemis, il faut bien qu’il les menace ouvertement et avec précision pour être crédible.
En résumé, ne pouvant entrevoir de possibilité de dialogue honnête et sérieux, la marge de manœuvre d’Israël est étroite et se doit probablement d’être violente, sauf miracle sous la forme d’une démocratisation surprise du régime iranien, comme l’appelle de ses vœux Reza Pahlavi, fils du dernier shah d’Iran, ou de la prise de conscience par le régime actuel des maux immenses vers lesquels son pays est entraîné.
Jacques Leibovici
Photo : D.R.
(source : CRIF)
Publié dans Centre pour les Etudes Internationales et Stratégiques (CSIS), sites nucléaires iraniens, Tsahal | Laisser un commentaire

Nicolas Sarkozy a été hospitalisé ce dimanche, victime d’un malaise en faisant du sport

Nicolas Sarkozy a été hospitalisé ce dimanche, victime d’un malaise en faisant du sport, a-t-on appris dans un communiqué publié par l’Elysée :

« Alors qu’il faisait du sport, le président de la République a eu aujourd’hui un malaise. Il a été immédiatement pris en charge par son médecin. Il subit actuellement des examens complémentaires. D’autres informations seront communiquées ultérieurement. »

 

 

Publié dans Le malaise de Nicolas Sarkozy | Laisser un commentaire

Les nains de jardin allemands ont le droit de faire «Heil Hitler» (source : CRIF)

Les nains de jardin allemands ont le droit de faire «Heil Hitler»
23/07/09
  imprimer cet article  

envoyer à un ami

 – Thème: Néonazisme

 

Saluts hitlériens et croix gammées sont interdits en Allemagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais un nain de jardin faisant le salut nazi dans une exposition vient d’obtenir une dérogation, informe le site Internet de Ouest France, jeudi 23 juillet 2009.
La justice allemande a décidé de ne pas poursuivre son créateur, un professeur d’arts plastiques, considérant que le geste de la figurine était « ostensiblement et sans équivoque une dénonciation de l’idéologie nazie. » Du reste, avant même la décision, l’auteur a prétendu avoir reçu plusieurs commandes de collectionneurs juifs américains qui « avaient parfaitement compris l’ironie » de sa démarche…
Photo : D.R.
Publié dans « Heil Hitler», faisait le nain de jardin... (ouest-france.fr), Néonazisme, Saluts hitlériens | Laisser un commentaire

La prise de conscience de responsabilité citoyennes a toujours été présente dans l’esprit de Serge Dassault (mis au pilori de l’UMP) avec la « fondation Serge Dassault »

Le visage méconnu de Serge Dassault au travers d’une solidarité active dans la mise en oeuvre d’actions locales afin de soutenir les projets d’initiatives sociales. Son engagement s’inscrit dans la continuité des initiatives menées à titre personnel telle que la Fondation Serge Dassault pour handicapés mentaux à Corbeil-Essonnes.

*                      Objet de la "fondation Serge Dassault" :

La « fondation Serge Dassault » a pour but de venir en aide à la recherche médicale. Intervient également dans le domaine des soins aux handicapés, aux enfants et aux personnes âgées. Les moyens d’action de la fondation sont notamment : le développement de la recherche scientifique/ l’apport d’une aide matérielle aux personnes malades chroniques ou atteintes d’un handicap profond /-la promotion des activités culturelles, sportives et artistiques en faveur des handicapés /l’aide aux enfants et la mise en œuvre d’actions au profit de la petite enfance. 

Tous les efforts de Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doivent s’inscrire à son actif. Ce serait tellement tentant de le destabiliser davantage ! Mais on voit bien que les renards ne sont pas loin pour destabiliser l’équipe de notre camp qui se déchire comme on déchire un vieux drapeau…

Publié dans Actions au profit de la petite enfance, Corbeil-Essonnes, La « fondation Serge Dassault », la promotion des activités culturelles, sportives et artistiques à Corbeil-Essonnes, la recherche scientifique, mis au pilori de l'UMP, personnes malades chroniques | Laisser un commentaire

Le site «Tout Sauf Sarko», un site d’extrême droite antisémite déguisé (source : CRIF)

Le site «Tout Sauf Sarko», un site d’extrême droite antisémite déguisé
15/07/09
  imprimer cet article envoyer à un ami  

 – Thème: Internet

 

Il appartient à une étrange nébuleuse, celles de blogs et sites clairement d’extrême-droite mais surfant – pour avancer à couvert – sur un antisémitisme déguisé en antisionisme et sur la reprise de quelques-uns des combats de la gauche. Sans doute est-ce la raison pour laquelle « Article11 » a l’insigne déshonneur de s’y trouver placé en lien, avec cette présentation biaisée : « Site non conformiste de qualité, plutôt de gauche… »
À nos côtés, voisinage fantastiquement déplaisant, des liens vers « Égalité&Réconciliation », le site des amis d’Alain Soral, vers « La Banlieue s’exprime », le site de l’association du même nom, vers le site du « Mouvement des damnés de l’impérialisme » ou vers « VoxNR », présenté comme « le site de la résistance européenne ». En haut de cette liste de liens, tous d’extrême-droite, ce petit message : « De gauche ou de droite, peu importe, ce sont des sites qui vont dans un bon sens, celui de la résistance : des faits, des analyses, des argumentaires, du matériel à télécharger etc… »
L’extrême-droite, qu’elle se présente sous un jour classique ou sous une forme remaniée – façon combat contre la mondialisation et le sionisme -, reste une bête à abattre. Purement et simplement.
Photo : D.R.
Source : Betapolitique.fr
Publié dans Le site «Tout Sauf Sarko», un site d’extrême droite antisémite déguisé | Laisser un commentaire

Dissolution de la « Ligue de Défense Juive » ! Marc-Claude de Portebane : la pétition sert l’antisémitisme

Dissolution de la "Ligue de Défense Juive"

Dissolution de la "Ligue de Défense Juive" : signez la pétition

Nous, Associations et Citoyens de toutes origines et appartenances politiques, EXPRIMONS notre écoeurement suite aux faits récents suivants :

La Librairie « Résistances » dans le 17° à PARIS a une nouvelle fois fait l’objet d’une attaque d’une particulière violence de la part de délinquants se revendiquant de la LDJ (Ligue de Défense Juive), et qui ont saccagé des centaines de livres.

La Mairie de Vitry-sur-seine vient également de subir une attaque de la part d’individus violents se réclamant de la LDJ.

Un individu franco-israélien, qui appartiendrait au Betar et soupçonné d’avoir poignardé un commissaire de police français le 7 avril 2002, a pu en toute impunité quitter le territoire français pour le territoire israélien, où il a assassiné un père de famille palestinien. Il est aujourd’hui libre et sur le point de revenir en France, sans que les autorités françaises l’aient démenti.

Ces faits font suite à une longue liste de violences contre des librairies, de ratonnades, d’attaques à caractère raciste, de menaces jusque dans les enceintes des tribunaux, de la part de personnes se revendiquant de ces groupuscules.

Les autorités françaises ont été à plusieurs reprises mais en vain alertées sur leur dangerosité.

Plusieurs enquêtes et articles de presse ont été consacrés à ces groupements, bien connus des services de police.

Nous, Associations et Citoyens, REFUSONS :

Que ceux qui manifestent leur compassion pour les victimes palestiniennes des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité de l’armée israélienne soient systématiquement accusés d’ « importer le conflit », alors que dans le même temps des associations se proclamant « juives » et pro-israéliennes, y compris les plus extrémistes et dangereuses d’entre elles, bénéficient de la complaisance des autorités françaises.

Nous AFFIRMONS que cette attitude est non seulement discriminatoire mais également génératrice de graves troubles à l’ordre public.

Nous AFFIRMONS en effet que ce « deux poids – deux mesures » alimente un sentiment d’impunité totale dangereux pour la paix civile et qu’il porte gravement atteinte à l’exercice de la liberté d’expression des idées et des opinions.

Nous DENONCONS :

- Les choix de la politique intérieure française, qui n’hésite pas à sanctionner un sous-préfet et des universitaires pour leurs opinions mais qui échoue à garantir la sécurité d’une librairie.

- Les choix de la politique étrangère française qui contredit les engagements de cette dernière, aux termes notamment la IV° Convention de Genève, et qui ne parvient même pas à éviter à ses représentants diplomatiques les violences et les humiliations israéliennes.

Nous EXIGEONS des autorités françaises qu’elles assument leurs responsabilités et qu’elles assurent le respect des lois de la République.

Nous EXIGEONS en conséquence :

-  la dissolution immédiate de la LDJ et du Betar dont l’idéologie et les actes ne sont pas tolérables sur le territoire national français, et ce en application de l’article 1er, 6°, de la loi du 10 janvier 1936.

Premiers signataires : John BASTARDI-DAUMONT (Avocat), Cyril BORGNAT (Avocat), Sohil BOUDJELLAL (Avocat), Narriman KATTINEH (Avocat), Martine TIGRANE (Avocat), Jean-François ANGEVIN-ROMEY (ancien officier des forces spéciales de l’armée de terre américaine, conseiller en sûreté et sécurité internationale), Alain BROSSAT (Professeur de philosophie, Paris 8), MRAP (Comité NICE/GRASSE)

Publié dans Dissolution de la LDJ, Internationale ex néo-fasciste, Internationale fasciste, Internationale néo-fasciste, Internationale noire | Laisser un commentaire

LDJ d’abord ! Le communiqué de la LDJ

la LDJ nie toute participation aux dégradations de la Librairie Resistances.

La LDJ informe que son mouvement la "Jewish Defense League" est légal aux USA ,comme en Russie, Nouvelle Zelande, Afrque du Sud et de nombreux autres pays

Par contre les mouvements Kach et Kahana Hai sont interdits aux USA .

La LDJ demande l’interdiction de l’association EuroPalestine CAPJPO ", responsables des actions illégales de boycott contre les produits israéliens et de propos appelant à l’assassinat de soldats français ( site internet CAPJPO ou EUROPALESTINE qui dans un article publié le 20/8/08,relatif à la dramatique embuscade lancée contre nos soldats en Afghanistan, intitulé « SOLDATS FRANÇAIS TUES EN AFGHANISTAN.LES RISQUES D’ UN SALE METIER » écrit à la fin de leur communiqué : « On ne peut de ce point de vue que souhaiter la multiplication d’embuscades « bien montées », si elles aident à l’éveil des consciences et de la mobilisation, ici en France, contre la sale guerre. Troupes françaises, troupes de l’OTAN, hors d’Afghanistan ! CAPJPO-EuroPalestine »)

Cette association qui appelle les terroristes islamistes à tendre des embuscades aux soldats français, doit être frappée d’interdiction et dissoute, et leurs dirigeants poursuivis pour les faits incriminés.

Publié dans LDJ d'abord | Laisser un commentaire

Si la France apportait un soutien actif à nos juifs, il n’y aurait pas la LDJ qui défends ses compatriotes de façon musclée, certes !

Le président de l’union radicale du renouveau bourbonnais et candidat à la députation de Vichy en 2004 qui, malade, n’a pu poursuivre sa campagne électorale, Marc-Claude de Portebane défends la LDJ : "La LDJ a raison de défendre ses compatriotes, certes la manière n’est pas la bonne, mais elle n’a pas tort d’être le fer de lance du nationalisme juif. Les menaces qui visent ou qui ont visé les juifs sont intolérables et je m’étonne même qu’un parti comme le NPA puisse apporter son soutien à des juifs qui matraquent l’état juif, sans arrêt et sans relâche, sans aucune pause, et je veux parler de certains discours du CAPJO-PALESTINE, que je soutiens du bout des lèvres et qui s’attaque à notre armée. Si des extrêmistes gauchistes parasitent l’état juif, je suis en totale opposition avec eux MAIS je soutiens et je soutiendrais toujours les nationalistes juifs, la patrie des juifs, la fière armée Tsahal, la plus forte armée de la région composée de patriotes et de vrais militaires, le plus redoutable service secret au monde, le pays pas si ingrat que cela, obligé, finalement, de se défendre car attaqué, sans arrêt, par la racaille du Hamas, que j’ai pourtant soutenu à bout de bras, bien malheureusement ! J’ai commis l’erreur de croire que l’Etat juif attaquait les palestiniens, mais je me suis trompé, je me suis voilé la face en n’écoutant que le Hamas qui creusait des tunnels et qui martyrisait son propre peuple pendant que nous étions rassemblés à Vichy, contre une pseudo agression montée en épingle par certains médias dont cette saloperie de journal de Libération, saloperie d’extrême gauche (soutenue par la gauche socialiste) que je combattrai sans relâche, sans relâche et encore sans relâche jusqu’à mon dernier souffle. Nationalistes, unissons-nous ! Nationalistes juifs de la LDJ, unissez vous contre vos ennemis, invisibles ennemis mais vrais fripouilles.

La Jewish Defense League [modifier]

La Jewish Defense League est fondée en 1968 à New York (États-Unis) par le rabbin Meir Kahane, chef du mouvement israélien Kach, mouvement inspiré par une vision radicale du sionisme religieux.

À l’origine, la Jewish Defense League a été créée comme groupe militant de protection et d’auto-défense des juifs orthodoxes objet des attaques de divers gangs de rue, et pour protester contre les manifestations locales antisémites. Elle a ensuite élargi son champ d’action, et défend la communauté juive de toutes menaces qui pèsent sur elle, si besoin par la confrontation physique violente.

En pratique, elle est progressivement apparue comme une organisation sœur du Kach, organisant le soutien au Kach, et l’Aliyah de ses sympathisants.

En Israël, le parti Kach a siégé à la Knesset de 1984 à 1988, puis fut interdit d’élection en 1988, et enfin dissous en 1994, pour racisme et incitation à la violence. Il est par ailleurs listé comme organisation terroriste par le Département d’État américain[6].

En 2001, la JDL a été classée comme organisation terroriste par le FBI qui a indiqué sa responsabilité dans plusieurs attentats à la bombe commis entre 1980 et 1989. En décembre 2001, le président de la JDL, Irv Rubin, est arrêté et mis en examen pour avoir projeté des attentats contre une mosquée américaine et le bureau d’un député américain d’origine libanaise. Il se suicide apparemment en prison avant son procès ; sa famille a porté plainte pour homicide, sans succès. À la suite de cette affaire, la JDL a fait l’objet d’une scission et d’une bataille juridique pour la propriété de son sigle et de son logo.

La JDL a été considérée comme une organisation terroriste active pendant deux décennies, selon la base de connaissance américaine TKB[7].

La LDJ française [modifier]

Un tag vu dans le quartier parisien du Marais 14 juillet 2006, peu après le déclenchement d’hostilités entre Israël et le Liban.

En France, la LDJ est constituée de quelques centaines de membres actifs, et selon son porte-parole Michaël Carliste, elle regroupe « des anciens militants du Betar ».

Leur signe distinctif est le bouclier de David et un poing serré inscrit en noir sur fond jaune. Cet emblème est un dérivé de celui du Kach.

D’après l’émission Compléments d’enquête consacrée à l’antisémitisme et diffusée sur France 2 le lundi 20 septembre 2004, les membres de la LDJ s’entraînent au combat, ils suivent des cours de krav maga, l’art martial de l’armée israélienne.

Une association Liberté démocratie judaïsme (LDJ) ayant cette adresse a été déclarée en janvier 2001 à la préfecture de Paris mais la dissolution de cette association a été déclarée le 14 juin 2003 à la préfecture de Paris[réf. nécessaire]. On peut donc considérer la LDJ comme un groupuscule de fait.

Idéologie [modifier]

L’idéologie de la LDJ relève du kahanisme, du nom du rabbin Meïr Kahana, député israélien, auteur d’écrits nationalistes (The jewish idea, Never again!). Il fut assassiné en 1990. Elle prône l’expulsion, qu’elle nomme "transfert", de l’intégralité de la population arabe d’Eretz Israel. Sa vision d’Israël est celle d’un grand Israël revendiquant l’annexion de la Jordanie, du Liban, de la Syrie et du Sinaï. Ce qui signifierait aussi la déportation des populations de ces pays à l’extérieur des frontières de ce Grand Israël.

L’ancien mouvement de Meïr Kahana "Kach" fut jugé illégal en Israel.

La LDJ est opposée à la mixité ethnique et refuse catégoriquement l’union de juifs avec des non-juifs. Elle estime que le peuple juif doit préserver son identité.

Apologie de l’autodéfense [modifier]

La Ligue de défense juive se présente comme un mouvement activiste sioniste d’autodéfense. Elle incite ainsi « les Juifs de France à assurer par eux-mêmes leur protection contre leurs agresseurs ».

Le thèse de fond de la LDJ, et des mouvements rattachés idéologiquement de près ou de loin au mouvement du Kach, est d’affirmer que le mouvement juif ne doit pas rester passif et soumis mais se défendre lui-même. La LDJ pense ainsi que si la communauté juive, pendant les années 30 et 40, s’était défendue de manière radicale et ferme, si elle n’était pas restée passive, il n’y aurait pas eu de génocide juif et 6 millions de morts.

La LDJ s’emploie donc à un véritable travail de veille et de défense de la communauté juive : actions musclées contre les néo-nazis, ou autres auteurs de propos ou attitudes qu’elle juge antisémites ou antisionistes, notamment certains médias, personnalités, ou mouvements d’extrême gauche ou communautaristes aux positions, selon elle, antisionistes ou pro-palestiniennes.

Contrairement au Betar qui est proche du Likoud, et qui considère l’émigration vers Israël (l’alyah) comme « l’aboutissement du militantisme », la LDJ considère que le « Likoud est trop mou » et n’incite pas les Juifs français à émigrer vers l’État hébreu. « Juifs français et Juifs israéliens mènent la même lutte contre le fascisme islamique ». Accusant la « population musulmane » d’être « très majoritairement à l’origine des actes antisémites », elle appelle « les Juifs français qui restent en France à rejoindre le combat et défendre notre sol et notre culture pour ne jamais avoir à subir la charia ». Un discours qui séduit surtout des jeunes juifs déçus du Betar.

D’après Robert Tuniques, l’un de ses responsables, « le gouvernement français ne fait rien pour protéger ses citoyens de confession juive et encourage les pogromistes des banlieues ». Cette situation, selon eux, légitime largement le recours à l’autodéfense.

Publié dans l'union radicale du renouveau bournonnais, La Jewish Defense League, LDJ, le mouvement israélien Kach, le rabbin Meir Kahane | Laisser un commentaire